Archives de catégorie : Non classé

Des trafics illicites comme paravents du capitalisme

Le mouvement des gilets jaunes, pendant de longs mois en 2019, a montré à la France l’état de décrépitude dans lequel est tombé le salariat : le 15 du mois le frigo est vide !

La plus-value de plus en plus importante que les grands patrons prélèvent sur la totalité de la richesse produite par le travail des ouvriers et des employés réduit d’autant la part reversée en salaires ; et les familles se trouvent léser dans le juste prix qui devrait revenir à la rémunération du chef de famille, homme ou femme.

Là-dessus, la « société de consommation » imprime sa marque : les vêtements, les sorties, les vacances d’été et d’hiver promus par la publicité et les journaux télévisés qui répètent à longueur de temps la « norme » de la vie « moderne »…

Les oubliés, de plus en plus nombreux, prennent cet oubli à leur façon ; les uns se mobilisent dans ces associations pour réparer les injustices trop flagrantes et y laissent leurs illusions et leur jeunesse, les autres courbent la tête, certains estiment que la République est bonne à abattre puisque elle ne tient pas ses promesses, certains autres se démerdent !

De ceux-là ce texte entend traiter.

Ce qui manque c’est le pognon. Comment s’en procurer ?

Le deal de la drogue est semble-t-il le moyen le plus à portée pour des jeunes gens entreprenants avec une hiérarchie qui s’est mise en place en fonction des besoins.

Des gamins qui font le gué dans les quartiers aux trafiquants en grosses voitures qui fournissent les substances illicites par des moyens détournés, le scénario est connu et cela procure des gains dépassant l’entendement. Mais les véritables magnas de la drogue, comme d’ailleurs des fraudes touchant les armes, les médicaments, les parfums, les cigarettes, les produits frelatés en tout genre, ne font pas partie du tableau. Ils font leur business comme les grands capitalistes qu’ils côtoient dans les quartiers huppés des capitales et des villégiatures prisées du monde entier.

La drogue et le trafic illicite comme cache-sexe de l’appauvrissement orchestré par le capitalisme mondialisé sont en fait des moyens pour extorquer encore plus de fric au salariat privé dans une part de plus en plus grande des moyens de survie.

Les forces de polices mobilisées contre ces trafics donnent l’impression que les politiques agissent dans l’intérêt du bas peuple alors qu’ils prémunissent les grands fortunes du crime contre la vindicte pourtant bien légitime des travailleurs.

A quand le coup de balai d’Héraclès pour faire tomber ces turpitudes ?

Capitalismus delendus est.